Nicolas Florian

Avec une liste largement renouvelée et compétente qui incarne une nouvelle génération, un projet responsable et pragmatique, le 28 juin faites le choix de l’avenir de notre ville et celui de nos enfants : votez « Union pour Bordeaux » !

Nicolas Florian
Les Bordelaises | Deuxième session

 

 

Samedi matin, les Bordelaises se sont retrouvées à La Bastide. Nous sommes une vingtaine autour du Maire Nicolas Florian et d’Isabelle Juppé qui porte le mouvement « Les Bordelaises en soutien à Nicolas Florian ». Elle anime les débats de la matinée. Au programme, un thème qui colle bien avec le quartier : « Habiter, se loger, le cadre de vie »

« Un quartier de coeur » c’est l’expression qui revient systématiquement. Kinette est la doyenne, elle s’y est installée il y a 40 ans. Elle a connu toutes les étapes. Le no man’s land, les quartiers, les travaux, la mutation. D’autres femmes racontent leur arrivée, il y a une dizaine d’années. D’ailleurs certaines s’y sont installées, ont déménagé, puis sont revenues ! Elles soulignent le côté campagne, la plus belle vue de Bordeaux…

Nicolas Florian souligne l’importance des témoignages avec des personnes qui vivent et connaissent un territoire. Il explique en introduction :

Nicolas Florian – Extraits –

« Alain Juppé a été l’architecte Bordelais du rapprochement des 2 rives, de l’extension du centre. Je dois en être le sculpteur… Ce quartier qui est dans une croissance urbaine accélérée connait dans le même temps un projet de revitalisation humaine… Je veux déployer une logique de polycentres. Développer à l’intérieur des quartiers des ancrages très forts. Mettre en pratique cette idée de l’« agglomération Archipel »… Circuler du centre ville à des centres de la ville. Créer des connections pour permettre une continuité de vie en ville… Nous allons beaucoup travailler sur les maillages transversaux. Sur les quartiers. Il faut continuer à développer des logements. 16 000 personnes sont en attente de logements sociaux.

Les personnes qui habitent La Bastide y viennent par choix. Pour la vue, la tranquillité, la sortie rapide vers l’extérieur, la Fabrique Pola, Darwin qui est un totem du quartier, les très belles entreprises qui se développent comme Ubisoft, Immersion… qui contribuent à créer un écosystème puissant du digital, de l’intelligence artificielle… »

Les questions des femmes :

« Quand je suis arrivée de Paris, il y a 7 ans, je n’avais pas de vision des 2 rives. J’ai choisi La Bastide car j’ai aimé le côté populaire, le calme… mais le quartier manque encore de vie, d’animation, de commerces et cela nous donne parfois un sentiment d’isolement. »

Barbara

« Quand les Parisiens me contactent pour des logements, ils ne me parlent pas de La Bastide mais des Chartrons, de Nansouty… sans doute un problème d’image mais aussi d’isolement… Quid du Pont de Pierre, de son devenir… Des moyens pour rejoindre l’autre rive… »

Elvire

« La ZAC Bastide Niel va à elle seule doubler la population de La Bastide. Cela aura un impact sur la qualité de vie des habitants, sur les infrastructures, les transports en commun, sur le Tram A déjà saturé aux heures de pointe, sur l’environnement… Quel avenir pour nous ? »

Nathalie

Nicolas Florian – Extraits –

Intéressant d’observer ce qu’il s’est passé en matière de déplacement de 2009 à 2019 : 2009 : 35 % de piétons, 8 % de vélos , 50 % de voitures, 14 % de transports en commun. 2019 : 42 % de piétons, 15 % de vélos, 27 % de voitures et 15 % de déplacements en transport en commun alors que nous avons insufflé 900 millions d’euros d’investissement ! Il faut donc prioriser les mobilités douces.

Développer les pistes cyclables, les sécuriser, permettre de développer des parkings à vélo, en sous-terrain et en surface ( voir note de cession 1).

Le pont de pierre ne sera jamais réouvert à la circulation automobile et il ne sera pas fermé avant que le pont Simone Veil ne soit réalisé.

Il nous manque un franchissement pour les mobilités entre les 2 ponts, nous allons pousser les déplacement sur le fleuve à l’image de « batcub » mais dans des proportions plus importantes : taille des bateaux, fréquences etc… Nous sommes en train de travailler à la budgétisation de 9 pontons supplémentaires. Nous devons développer des services à quai pour augmenter les cadences, la rapidité… En tenant compte des contraintes Unesco.

Je porterai le projet d’un franchissement en aval, autour de Bordeaux Nord.

« La question qui nous préoccupe est celle de la sécurité. Les incivilités constantes, quelque soit l’âge et le sexe, les petites délinquances, on vous pique le téléphone, le portefeuille, le vélo… »

Elodie

« Pour la première fois, j’en suis venue aux mains avec un mec qui ne voulait pas me laisser rentrer dans le tram. J’ai 18 ans. Il était 1 heure du matin et personne ne m’a aidée.»

Juliette

Nicolas Florian – Extraits –

« C’est nouveau à Bordeaux. Une bascule qui s’opère, les violences à la personne sont nouvelles. On va mettre des moyens sur la sécurité… Je ne baisserai pas les bras. Je suis déterminé. Il faut que les habitants puissent dire les choses et que la puissance publique agisse…

La sureté c’est l’état. Nous sommes en discussion avec la Préfète…

Nous avons fait des propositions de lieux mixtes police municipale et nationale…Il faut une chaine de sécurité. Nous avons entamé un travail de fond.

Nous allons développer la surveillance vidéos dans les quartiers

Il y a une prise de conscience. Comme nous avons travaillé à la cohésion sociale, nous allons travailler au civisme.

Je crois en l’éducation inversée, les jeunes qui éduquent les parents. »

Suite au sujet sécurité qui a été très développé par l’ensemble des femmes présentes, nous avons abordé le sujet de la solidarité, des aidants, de la solitude. Dans ce contexte, le Maire a développé 2 sujets :

  • La création d’une « Maison de répit » pour les aidants

 

  • L’annonce que le mandat aurait une Grande cause municipale : La lutte contre l’isolement et la solitude.