Nicolas Florian

Avec une liste largement renouvelée et compétente qui incarne une nouvelle génération, un projet responsable et pragmatique, le 28 juin faites le choix de l’avenir de notre ville et celui de nos enfants : votez « Union pour Bordeaux » !

Nicolas Florian
Les Bordelaises #3 : à la Villa 88

Ce samedi 1er février, Véronique et Ariane accueillent le Maire en présence de la propriétaire d’un lieu d’exception, la Villa 88. Il est toujours important de célébrer la culture, s’exclame Elisabeth Vigné ! Le thème qui a été choisi pour entamer ce débat dans le quartier Nansouty St-Genès est « la démocratie participative ».

« Le partage du pouvoir, le renforcement de la parole citoyenne, la place de chacun dans la décision publique, la bonne gouvernance… Les femmes ont à dire dans l’action publique. On entend en général beaucoup les hommes. J’accorde de l’importance à ce temps d’échange avec vous. » Nicolas Florian

Marie-Hélène prend la parole au sujet de l’Avant-Conseil. Cette instance mise en place par la Ville qui permet aux conseillers de quartier d’analyser et de commenter 2 points qui sont à l’ordre du jour du Conseil Municipal. Véritable interface entre les citoyens et le Conseil, l’Avant-Conseil est dorénavant ouvert aux citoyens. Ils sont tirés au sort. Les sujets sont variés : de la réhumanisation des boulevards, au skate en ville en passant par le budget de la ville…

Nicolas Florian- Extraits-

« C’est une bonne première étape mais je souhaite aller au-delà. Créer une instance qui puisse avoir un droit de saisine du Conseil Municipal. Qui puisse être force de proposition. Une sorte de Conseil Economique et Social à l’échelle de Bordeaux. Mais il faut prendre le temps d’appréhender le sujet. D’imaginer un paradigme entre le conseil municipal et ce futur conseil ! Avec une possibilité, une fois par trimestre, par exemple, de travailler ensemble ! Qu’il soit une zone d’inspiration, plus qu’une zone d’application. Qu’il soit un élément de prospective. Qu’il participe à la co-construction. Je suis favorable à plusieurs collèges… »

« J’aimerai aussi que nous mettions en place un stystème d’évaluation des politiques publiques. Qu’un regard critique, positif ou négatif puisse être porté sur les décisions publiques… »

……

« Je suis maman de 3 enfants en bas âge et je suis souvent seule car mon mari est militaire. J’aimerai par-ticiper à la vie de Bordeaux mais franchement, les réu-nions ce n’est pas compatible avec mon rythme de vie… Dans l’idéal, je voudrais être sollicitée en ligne. Et plus vous serez proches de mes préoccupations quoti-diennes, plus j’aurais envie de pousser la porte pour vous répondre ! » Anne

Nicolas Florian :

– Le numérique est une solution en veillant à ce qu’il ne devienne pas un facteur d’inégalité,

– La complexité est d’accéder à l’information pour construire la décision.

– Il faut travailler à un système simple, lisible, pas technocratique… Un lieu…Un lieu dématérialisé…

– Il faut sortir du carcan des réunions telles que nous les menons actuellement.

 « Je viens d’une autre ville et dans cette ville, la mairie nous avait incités à mettre en place des Think Tank. Nous étions beaucoup à travailler en petites cercles avec la confiance de la municipalité, c’est peut-être une idée ? » Patricia

Nicolas Florian -Extraits-

– Nous pourrions réserver des salles dans l’Hotel de Ville pour permettre de développer un incubateur à idées.

– Nous devons trouver d’autres espaces d’échange dans la journée

– La première initiative de consultation de la population devrait être de repenser les attentes en matière de participation.

– Nous devons mettre au point 2 ou 3 modes d’expression pour correspondre aux modes de vie des gens.

– Dans la Coloc, lieu associatif que nous venons d’ouvrir, nous mutualisons les espaces dédiés aux associations, cela nous a permis de favoriser une vie commune, je voudrais installer ce type de dispositif à l’échelle des quartiers. Il faut que notre ville reste à taille humaine et que nous développions la multipolarité des quartiers. Une ville archipel.

« La démocratie participative a des limites. Moi, j’estime que chacun son rôle et je ne me sens pas concernée par les décisions que doit prendre la mairie. Donnez-moi une raison de le mettre en place… » Françoise

Nicolas Florian -Extraits-

– Cela dépassionne le débat, quand la décision est prise, elle est légitime. Tout le monde s’est exprimé.

– Les conflits d’usage prennent souvent le pas sur l’intérêt commun sur les questions d’espace public, par exemple.

– La démocratie participative est riche de ses possibles arbitrages. C’est ensuite au Conseil Municipal de porter la responsabilité.

– Pour l’îlot de la faïncerie par exemple, je m’en remet à l’attente des citoyens. Le concensus renforce les arbitrages. La décision est apai-sée.

« Nous avons coconstruit la place Nansouty. C’est un bel exemple de démocratie participative. Chacun avait des desideratas, les commerçants, les riverains… C’était très compliqué au démarrage, et maintenant, tout le monde est satisfait. » Véronique

« Je souhaite voir grandir une force de proposition et proposer des espaces d’expression et de confron-tation des projets. Je me nourris de ce que je vois ailleurs, dans d’autres villes, d’autres pays… »

Nicolas Florian