Nicolas Florian

Avec une liste largement renouvelée et compétente qui incarne une nouvelle génération, un projet responsable et pragmatique, le 28 juin faites le choix de l’avenir de notre ville et celui de nos enfants : votez « Union pour Bordeaux » !

Nicolas Florian
Session #7 : les mobilités

Cette session s’est déroulée sur les thèmes de la mobilité, l’accessibilité, l’inclusion… De nombreux sujets ont été abordés après une introduction de Nicolas Florian qui pose le décors de son futur projet. Des grands axes au rang desquels :

 

Nicolas Florian – Extraits –

 

  • La place du citoyen / et des citoyennes dans la réflexion publique
  • Le grand défi à relever de la transition écologique dans un contexte élargi d’une ville de 250 000 habitants et d’une Métropole de 800 000 habitants. L’accélération, l’impulsion à donner, les changements majeurs que l’on peut engager, sans notion de culpabilisation, dans un esprit positif.
  • La lutte contre l’isolement et la solitude, prendre soin des personnes qui prennent soin des autres, un maire du quotidien.

L’accompagnement de la croissance démographique de Bordeaux. Trouver un équilibre, pour la mobilité, les déplacements…

 

 

« Je suis commerçante en centre ville, avec les gilets jaunes, Bordeaux est bloquée. Les personnes ont pris des habitudes à l’extérieur… On a enchaîné avec les grèves contre la réforme des retraites… » Laurence

 

« Nous sommes obligés d’aller chercher nous mêmes nos marchandises. Si Bordeaux ne veut pas devenir une ville musée, il faut multiplier les usages. Développer les mobilités et accepter de faire le dernier kilomètre à pied…Les transports jouent un rôle dans l’impact environnemental. Les camions ! Comment proposer des solutions à faible impact, quelle logistique agile, durable et accessible Monsieur le Maire ? » Alma 

 

 

Nicolas Florian – Extraits –

 

  • C’est un enjeu environnemental et de qualité de vie qui me tient à cœur.
  • Beaucoup d’innovations sont nées de contraintes… Les travaux du Tram D ont permis une forme de hub de mutualisation des marchandises
  • Vous évoquez les gilets jaunes, j’ai le souvenir douloureux de la place Pey Berland… Cette situation a fait revivre ce que Bordeaux a vécu il y a 15 ans avec les travaux du Tram. Comment faire revenir les consommateurs ? Il y a une communication forte à développer…
  • Ces remarques soulèvent aussi des questions structurelles. Celles des réelles attentes de proximité à combiner avec les commerces.
  • Je suis prêt à aller plus loin sur les expériences éphémères… A sortir du carcan des baux 3,6,9 ans !
  • Le tram D est une opportunité à ne pas manquer, il faut utiliser ce flux comme une nouvelle manne de consommateurs et entamer une réflexion profonde avec la Ronde des quartiers et la CCIB.
  • Le stationnement est également un sujet à revoir. Notamment les tarifs qui sont trop élevés. Avec la même logique : comment capter une clientèle au-delà des boulevards à transformer en mobilité douce.
  • La part des piétons est passée de 35 à 42 %, les vélos de 8 à 15 % 40 000 vélos par jour ! Il faut sécuriser les cheminements…
  • Il faut revoir la logistique d’approvisionnement et de livraison…

 

 

« Le fleuve doit être un facteur de desserte. Un acheminement des marchandises par le fleuve à dispatcher ensuite au centre via des mobilités douces… » Nicolas Florian

 

  • Il faut adapter les horaires aux nouveaux usages.
  • Identifier des tiers lieux de livraison.
  • Le secteur piétonnisé est le plus vaste de France.
  • Il y a 55 000 places de parking pour 75 000 véhicules

 

 

« Il y a des grandes maisons à vendre à Bordeaux. On pourrait les scinder en plusieurs logements et éviter ainsi que les personnes partent s’installer à l’extérieur ? » Dorothée

 

Nicolas Florian – Extraits-

 

  • L’enjeu n’est pas de faire de la découpe, ne pas dégrader la structuration de la ville. Imposer des places de parking permet de réguler la place de la voiture dans la ville.
  • Il faut imposer des prix de sortie pour le m2 à bâtir.
  • J’aime parler de parcours résidentiel…
  • Il faut libérer la ville des Airbnb qui ont capté 5000 logements. Légiférer nous a permis d’en récupérer 1000 !

 

« Je travaille dans le tourisme. Nos voyageurs adorent Bordeaux. Ils sont par contre un peu désorienté quant à la circulation. Ce serait bien de faire réaliser un marquage au sol pour réguler vélos et piétons… » Sarah

 

 

Nicolas Florian – Extraits –

 

  • Nous avons atteint la limite du partage de la rue
  • Il faudrait instaurer un permis de pédaler ! Rappeler les règles.
  • Nous allons développer les pistes cyclables.
  • Développer les stationnements vélos.
  • Il faut que nous acceptions de faire les derniers 100 mètres à pied. Installer des stationnement vélos allée d’Orléans et finir à pied ! Et distribuer des amendes pour les vélos mal garés. Ils font cela à Amsterdam.

 

 

Et Bordeaux la nuit ?

 

Nicolas Florian – Extraits –

 

  • Nous avons mis en place une cellule de réflexion Bordeaux la nuit.
  • Nous devons augmenter les fréquences.
  • Décider de la gratuité, c’est un choix collectif … Qu’est-ce qui relève du contribuable et qu’est ce qui relève de l’usager ?
  • Le coût du transport dans l’agglo est de 220 millions d’euros par an. Il y a 80 millions de recette et le reste est supporté par la collectivité.

 

« Je fais du vélo et du patin. Il faut développer les bandes vélo au feu. Quand je démarre, je ne roule pas droit et j’ai besoin de cet espace. Il faut augmenter cette bande. » Constance

 

Nicolas Florian – Extraits-

 

  • Il faut que l’on sorte de cette logique de partage, que l’on ait des voies dédiées.
  • Les parcs relais sont victimes de leur succès. On lance un parc de 1100 places près de l’hôpital…
  • Il faut pouvoir offrir des parcours sécurisés
  • Revoir l’accueil des vélos dans le Tram
  • 168 millions de voyageurs / an dans le tram !

 

« Je voudrais que l’on développe l’idée du Tram express.  Un tram qui ne s’arrête pas à toutes les stations pour gagner des fréquences… » Nicolas Florian

 

« Il faut une politique volontariste pour faire de Bordeaux une ville inclusive. » Brigitte

 

« La situation des personnes handicapées dans les transports en commun est largement à améliorer, dans le tram notamment même les personnes âgées ne sont parfois pas respectées. L’espace public aussi n’est  franchement pas suffisamment bien conçu parfois. Même quand les trottoirs sont refaits  on assiste à des réaménagements qui questionnent. Je pense à la place Dormoy par exemple. » Laura
« Cela pose la question de l’accessibilité PMR qui devrait être appliquée partout » Edith
« Je ne suis pas d’accord parfois on ne peut pas mettre en PMR sinon certain établissements fermeraient tout simplement, mieux vaut faire du cas pas cas et les normes sont déjà bien lourdes » Sarah
Nicolas Florian – Extraits-
La politique d’accessibilité s’inscrit dans une politique plus large, interministérielle qui date du plan Chirac en 2005 et devait être terminée en 2015. Mais en effet on voit bien qu’il y a encore un écart entre la réglementation et les pratiques. Je vous rejoins totalement et, concernant la place citée, j’ai fait part de mon mécontentement  dans la mise en oeuvre car le plan d’aménagement validé par les élus était bon. Après, en effet s’il faut être beaucoup plus vigilant en obligeant par exemple tous les ERP (Etablissement Recevant du Public) à être accessibles  je vous rejoins sur le « au cas par cas ». Et puis à Bordeaux il  y a le Conseil Ville et Handicap qui oeuvre justement à l’application concrète de ce vaste plan d’accessibilité.